Novak Djokovic élimine Félix Auger-Aliassime et rejoint les demi-finales à Rome

Novak Djokovic a très sérieusement haussé le ton. Au terme d’une rencontre absolument magnifique, le Serbe a validé son billet pour le dernier carré du Masters 1000 de Rome après un succès accroché contre Félix Auger-Aliassime en quart de finale, vendredi soir, dans unsuro volté italico.

Vainqueur en deux manches du Canadien (7-5, 7-6), après 2h09 de match, “Nole” a d’ores et déjà assuré sa place de n°1 mondial pour le prochain Roland-Garros. Finaliste sortant à Rome, son jardin sur ocre, l’endroit où il se jauge avant la Porte d’Auteuil, le Serbe ne va en effet perdre que 240 points au minimum avec cette accession en demi-finale.

ATP Rome

Impitoyable, Djokovic balaie un Wawrinka encore trop juste

HIER À 16:57

C’est la 999e fois de sa carrière qu’il remporte un match sur le circuit ATP. Il pourra décrocher le 1000e face à Casper Ruud Samedi, avant d’espérer décrocher son premier titre de la saison 2022 en final. Nous n’en sommes pas là encore, mais le niveau affiché lors de ce quart très disputé a été un message adressé à la concurrence, aux anciens, comme aux plus jeunes du circuit. Oui, Djokovic est en train de retrouver son niveau d’il ya quelques mois et ça déménage.

Une fin de match hallucinante

Pour battre cet Auger-Aliassime-là, il fallait être meilleur que lui, tant le Canadien a évolué à un très haut niveau lors de cette rencontre. Problème, Djokovic a été meilleur et son succès a été la conséquence de la logique, même si boucler a été difficile pour lui.

Alors qu’il menait 7-5, 5-2, et qu’il a eu une balle de match sur le service de son rival, le n°1 mondial a eu un passage à vide assez spectaculaire. A 5-3, A 30/15, il a raté une volée de coup droit toute faite et laissé FAA revenir d’entre les morts. Debreaké, Nole a encaissé les coups de poing de son rival, qui ne s’est pas privé de faire le spectacle et de jouer avec une foule acquise à sa cause. C’est assez rare chez lui pour le souligner.

Heureux de voir les débats se prolonger, le public romain a commencé à croire en une remontée spectaculaire du protégé de Frédéric Fontang. Après trois jeux en étant groggy, Djokovic a remis la machine en route à 5-5 avec un jeu blanc maîtrisé, comme si rien ne s’était passé avant. Le fameux bouton “reset”.

A 6-5 Djokovic, le match a basculé dans l’irréel en quelque sorte. Sur le jeu de service de FAA, les deux hommes ont commencé à s’envoyer des échanges interminables dans la face, chacun attendant la faute de l’autre. C’était de la boxe mais sur un échiquier.

Djokovic en mode assassin dans le tie-break

Finalement ressorti vivant du petit tourbillon de pression imprimé par Djoko sur son engagement, Auger-Aliassime a… finalement pris un ras-de-marée dans le jeu décisif. Djokovic a lui ressorti sa panoplie de géomètre, et envoyé des balles dans des angles improbables. Réglé comme une horloge, avec le bras relâché et une première balle présente, il a été d’une froideur effrayante pour finir les points. Des points magnifiques et disputés. Le sommet du match ce tie-break.

Un match que le Serbe a toujours eu sous son contrôle malgré quelques soubresauts et cette rébellion du camp d’en face. Les deux sets sont d’ailleurs à mettre en parallèle au niveau du scénario : Djokovic a dominé le premier acte, fait le break, puis concédé le debreak, avant de remettre la machine sur “on”. C’était clinic. Un Djokovic un peu “old school”, oui. Pour son premier duel sur le circuit avec l’homme aux 20 Grands Chelems, Félix Auger-Alissiame saura se souvenir de cette leçon de réalisme.

ATP Rome

Solide comme Djokovic

10/05/2022 À 15:26

ATP Rome

Djokovic en quête d’un dernier test avant Roland : “Je suis sur la bonne voie”

09/05/2022 À 22:18

Leave a Comment