MotoGP France Le Mans J3 Johann Zarco (Ducati/5): “une bonne course et même en partant plus devant je n’aurais pas fait la course de Bastianini”

C’est un Johann Zarco satisfait qui a quitté ce soir le circuit Bugatti du Mans à l’issue du Grand Prix de France qu’il a conclu en 5e position après s’être payé le luxe de doubler Marc Marquez en course.

Bien sûr, l’idéal aurait été de monter sur le podium, comme il l’avait fait l’année dernière derrière Jack Miller et devant Fabio Quartararomais en partant 9e sur la grille à cause d’une pénalité et en ayant une fois de plus fait un départ moyen, le pilote Pramac quitte la Sarthe avec la satisfaction du devoir accompli en effaçant la chute survenue à Jerez.

Johann Zarco: « Satisfait quand même, ça a été une bonne course ! En partant neuvième, comme les départs restent toujours le point faible, j’essaie d’avoir ce coup de vraiment bien sortir de la grille, mais dès que la moto se cabre, je perds du temps. Le départ n’a pas été bon, mais ensuite, j’ai été assez incisif pour tenter de garder ma place et faire des dépassements, mais c’est parfois difficile de placer la moto dans les virages. Donc satisfait du combat de cette manière-là, et du rythme de course, car j’ai quand même pu faire une remontée intéressante.
J’ai vu que pas mal de pilotes ont pu faire des erreurs. Ce n’était pas facile de rester bien concentré. J’ai mis du temps à doubler Nakagami, parce que j’avais curieusement un manque d’accélération dans le dernier virage, qui me coûtait beaucoup, beaucoup de mètres dans la ligne droite, et du coup, l’effort que le premier secteur ne me servait pas à doubler : c’est la raison pour laquelle j’ai mis du temps à passer Nakagami. Le manque d’accélération était sans doute trop de wheelies et de coupures éelectroniques, sans doute lié au fait d’être derrière une autre moto et à la perte de l’appui. Cela a été une vraie différence par rapport aux essais et ça n’a pas rendu la tâche facile. Mais voilà, du bon rythme.
J’ai ensuite eu besoin de souffler un peu derrière Marquez, puis quand je l’ai passé, j’ai encore fait un effort en pensant pouvoir rattraper le groupe de devant, mais c’était trop d’effients à faire et ils troop loin. Et comme ensuite, il ya eu la chute de Pecco, et que j’ai pu prendre cette cinquième place, je me suis dit « bon, ce serait bien de remonter encore, mais si tu ne peux pas, prend les 11 et continue points d’avancer ». C’était une bonne course, un bon week-end, en phase de progression. »

Pour autant, le pilote français analyse froidement sa marge de progression…

« Non, vraiment, zéro regret. Zéro regret, parce que rien qu’en simple rythme, je sens que ce n’est pas encore ce que j’aimerais. C’est vraiment plus dur à trouver que ce que je pouvais imaginer. Mais il ya du progrès quand même et c’est pour ça qu’il ne faut pas lâcher le morceau. C’est peut-être plus long que prévu, mais il ya beaucoup de choses que j’arrive quand même à intégrer. Mais non, zero regret. Car même si je pars plus devant, sans doute que j’aurais eu plus de facilité à rester avec les autres, mais comme je vois que je n’ai pas encore le bon déclic qu’il faut pour faire la ceux ave je moto, eh bien, il ya toujours ce petit “mais”. Ça progresse, c’était une bonne course, et même en partant plus devant je n’aurais pas fait la course de Bastianini. »

Johann Zarco passe de la 7e à la 6e place du championnat, à égalité de points avec Jack Miller5e.

GP de France – MotoGP Résultats Course:

Crédit class : MotoGP.com

Leave a Comment