Low code/no code : Le dernier pari de Google sera-t-il payant cette fois ?

En rponse l’intrt croissant pour les plateformes low-code/no-code, Google a mis jour sa plateforme Vertex AI. Mais la firme est loin d’tre seule sur un march qui attise aussi les convoitises de Microsoft, Oracle, Salesforce…

Il ya un an environ, en lançant sa plateforme Vertex AI, Google faisait un gros pari sur le développement logiciel low code/no code. Mais, selon les analystes, cette nouvelle version pourrait enfin permettre au géant de l’Internet de se faire une place dans ce marché hautement concurrentiel. Jeudi dernier, lors de l’Applied ML Summit, Google Cloud a annoncé plusieurs fonctionnalités pour Vertex AI, en particulier Training Reduction Server, Tabular Workflow et Example-Based Explanations. Objectif: aider les clients à mieux utiliser les modèles d’apprentissage machine et réduire leur dépendance vis-à-vis des experts qualifiés. « D’après nos tests de performance, en 2021, le nombre de prédictions ML générées par Vertex AI et BigQuery an augmenté de 2,5 fois, et au cours des six derniers mois, le nombre de clients actifs Vertex AI Workbench a été multip par 25. «Les clients ont clairement indiqué que les plateformes ML gérées et intégrées étaient essentielles pour accélérer le déploiement du ML en production», a déclaré Google dans un billet de blog.

C’est début 2020, avec l’acquisition d’AppSheet, une entreprise créée huit ans auparavant, que Google a fait son entrée sur le marché du low-code/no-code. Malgré ce rachat, Google ne fait pas encore figure de concurrent sérieux sur ce marché. Cependant, selon les analystes, Vertex pourrait fournir à Google une autre chance de s’imposer sur le marché du développement logiciel low code ou no code. « La proposition de valeur de Vertex AI, qui promet de réduire de 80% le nombre de lignes de code requises par rapport à d’autres plates-formes pour former un modèle avec des bibliothèques personnalisées, peut renforcer le positionnement’ de Google dans espace low code/no code », a déclaré Parekh Jain, fondateur de Parekh Consulting. « Google ne fait pas encore parti des principales plateformes low-code/no-code et cette offre peut contribuer à améliorer son positionnement », at-il ajouté. Selon le Magic Quadrant de Gartner pour les low-code d’entreprise applications, les principaux acteurs du secteur sont OutSystems, Mendix, Microsoft, Salesforce et ServiceNow. Et dans le rapport publié en août de l’année dernière, Google ne figure dans aucun des quatre quadrants.

Difficulté à s’imposer sur le marché des logiciels low code

Même si des acteurs comme Oracle, Microsoft, Salesforce et Google proposent des solutions low-code/no-code, ces dernières n’t pas connu l’adoption attendue, malgré leur promesse d’éliminer la charge du codage et de permettre à des non spécialistes des données ou de l’apprentissage machine de créer du code pour l’IA.

« Les plateformes low-code/no-code peuvent apporter plus d’efficacité et sont suffisantes pour construire des cas d’usage simples, mais souvent, même s’ils les utilisent pendant un certain temps, les développeurs revilven out prévédérent classics. Le problème, c’est que le coût de license de la plupart des outils low code/no code (LCNC) traditionnels est énorme et qu’ils ne fonctionnent pas correctement dès que l’on commence à construire un niveau de complexité quelconque dans code », a déclaré Saurabh Agrawal, vice-president senior de l’analyse et de la gestion de la relation client chez Lenskart.com, une licorne du commerce éelectronique. « Tout projet d’IA comporte trois aspects essentiels : la couche de données, la couche de visualisation des données et la couche d’algorithmes d’apprentissage machine. La plupart des plateformes LCNC ne travaillent que sur une seule de ces couches. Google dispose de solutions solides comme BigQuery, Google analytics et Lookr, principalement utilisées dans les cas d’usage numériques. Mais si l’entreprise est capable d’ouvrir toutes les couches avec Vertex AI dans l’approche de la plateforme d’automatisation, elle pourrait devenir un acteur fort dans ce segment », a ajouté M. Agrawal.

Low code/no code, une opportunité pour les PME

Si, comme principal avantage de la programmation low-code/no-code, la plupart des fournisseurs mettent souvent en avant analyst la moindre dépendance à l’égard des talents en apprentisage machine, toujours difficiles à trouver, leses pensent que les chME à construire des solutions plus simples pourraient offrir une très grande opportunité au LCNC. « Jusqu’à présent, les entreprises se concentraient davantage sur le marché B2B pour attirer les utilisateurs professionnels, mais la plus grande opportunité pour les plateformes low-code/no-code serait de démocratiser pour la technologie » encore déclaré Parekh Jain de Parekh Consulting. « Google et Microsoft ont plus de chancesd’attirer les PME. C’est comme le marché du cloud : il s’est développé parce que AWS s’est d’abord concentré sur les PME. C’est plus tard, qu’il est devenu attractif pour les entreprises », at-il ajouté.

Leave a Comment