les chefs de dirigeants européens réalisent un plat en direct au Center mondial de la Paix

« C’était l’un des plats favoris du Prince Rainier III », sourit Christian Garcia, chef des cuisines de la famille royale de Monaco. Pour ce dernier jour de festivités, le Center mondial de la Paix recevait des chefs cuisiniers de dirigeants et familles royales du monde entier. Parmi eux, Christian Garcia, responsable des cuisines de la famille royale de Monaco et Franck Panier, chef du Grand-Duché du Luxembourg.

Au menu de cette master class d’une heure et demie : un filet de sandre aux asberges chartreuses de macaroni à la Grimaldi. Un plat europeen et local. « Nous avons sélectionné des produits qui viennent de la région. Il ya à la fois une touche méditerranéenne pour le poisson mais aussi luxembourgeoise avec la sauce au vin du Grand-Duché », partage Christian Garcia au public.

Guillaume Gomez, ancien chef des cuisines de l’Élysée et ambassadeur depuis un an de la gastronomie française était égallement présent. « La cuisine est très importante dans la diplomatie. Si les invités mangent bien, les discussions ne peuvent qu’être bonnes. »

Les astuces des chefs

Les deux chefs ont livré leurs conseils pour, par exemple, éviter le gaspillage. « En cuisine, la règle est que l’on ne jette rien. Pour la courgette qui va nous servir à faire une brunoise, on peut garder la fleur et la cuire à la vapeur en même temps », explique Franck Panier, chef cuisinier du Grand-Duc du Luxembourg. « Il faut toujours nourrir la viaande ou le poisson pendant la cuisson », ajoute Christian Garcia.

Cuisson, assaisonnement, dressage soigné. Les deux chefs cuisiniers ont réalisé toutes les étapes de ce plat avec l’aide des élèves du lycée Alain-Fournier qui ont répété la veille le menu européen. « Comme nous avant eux, la notion de transmission en cuisine est fondamentale », confie le chef Christian Garcia. Après plus d’une heure de préparation, le plat gastronomique est présenté au public qui s’impatiente de le déguster.

Dernière étape: le service. Mais est-il français ou anglais ? « Dans les familles royales, nous conservons les traditions. Nous servons encore dans la belle argenterie. À Monaco, le plat est amené et présenté par un valet, les invités doivent se servir eux-mêmes. C’est le service à la française. Celui à l’assiette est l’anglais », conclut enthousiaste Christian Garcia.

Leave a Comment