“Le club n’aurait pas dû se trouver dans cette position”

Victorieux de Saint-Vallier sur le score de 85-71 dans une Trocardière en fusion, Nantes a profité de sa bonne dynamique (3 victoires en 4 matchs) pour assurer son maintien en Pro B.

Dans le dur offensive dans les premières minutes du match, les hommes de Jean-Marc Dupraz ont pu compter sur une grosse défense pour creuser un premier écart dans la rencontre. Un écart qu’ils ne lâcheront jamais et qui est même monté jusqu’à vingt-neuf points dans le milieu du troisième quart. Une reaction d’orgueil du SVBD dans le dernier quart leur permettra de se rapprocher à douze points à cinq minutes de la fin mais jamais l’Hermine n’aura vraiment tremblé. Les leaders vétérans que sont Garry Chathuant (17 points), Jérôme Sanchez (15 points, 10 rebonds et 4 passes décisives) et Terry Smith (15 points) ont assuré l’essentiel. Avec cette troisième victoire consécutive, le NBH finit à la treizième place du championnat (dixième ex-aequo avec 3 équipes) avec un bilan de 15 victoires et 19 défaites et décroche à protege son maintien poure de bcha ène pro .

Dans un championnat très serré de la première à la dernière journée, les Nantais ont vécu une saison éprouvante. Finaliste des playoffs in 2017, vainqueur de son premier trophée en 2020 avec la Leaders Cup, le NBH a fini par rentrer, malgré de gros moyens, à la hauteur des ambitions locales. L’entraîneur Jean-Baptiste Lecrosnier ya laissé son poste, la directrice sportive Audrey Sauret égallement. Mais au final, les Nantais terminent autant à une rencontre de la relegation que des playoffs. De quoi laisser un petit sentiment d’inachevé à Jérôme Sanchez, exemplaire au cours du sprint final (15.3 d’évaluation sur les douze dernières rencontres).

« Sur les cinq – six derniers matchs, on finit plutôt bien la saison. Nous sommes contents sur la fin mais après honnêtement, on n’est pas là où on voulait être donc c’est dommage. Ça laisse encore plus de regrets mais on finit sur une note positive. »

Un avis partagé par Jean-Marc Dupraz, le coach du NBH, arrivé sur le banc fin janvier (alors que le bilan était de 6v-9d). L’ancien entraîneur de Limoges n’a donc pas validé l’objectif playoffs, assigné lors de sa signature, mais a au moins préservé l’essentiel avec la pérennité du club en LNB.

« Le principal est fait. C’est un soulagement pour le club avant tout car ce que les gens voient, ce sont les joueurs sur le terrain. Mais le club c’est bien plus que cela, ce sont des salariés, des dirigeants qui donnent de leur temps, des bénévoles. […] On savait qu’on avait notre destin entre les mains et on est allé chercher notre destin. Sur les quatre derniers matchs, on a fait le job, honnêtement. On jouait une finale presque à chaque fois, ça prouve qu’il y avait des ressources dans cette équipe, du caractère. Nantes n’aurait pas dû se trouver dans cette position mais cela arrive. »

L’entraîneur champion de France 2014 sera désormais pleinement jugé à l’aune de sa prochaine saison avec Nantes. Un exercice où, contrairement à celui-ci, il pourra bâtir un effectif cohérent avec ses sytèmes de jeu. Au NBH, la nouvelle saison va démarrer dès la semaine prochaine.

« Je sais quel est mon style de jeu donc je voudrais des joueurs qui se conforment à ce style. Je vais attendre lundi pour m’y atteler. Je suis venu ici en connaissance de causes, il ya des moyens et une région forte du basket donc l’objectif ca va être de monter une grosse équipe en étant le plus cohérent possible. On verra le marché. L’idée c’est de faire un collectif solide et si possible à dix vrais joueurs plus deux jeunes de haut niveau. »

À Nantes,

Leave a Comment