l’assurance, un casse-tête pour les entreprises

Le risque de guerre n’est pas couvert par les assurances-dommages. En Russie, la situation s’est durcie.

L’invasion russe de l’Ukraine complexifie singulièrement la vie des entreprises présentes dans ces deux pays. C’est particulièrement vrai en matière d’assurance. Généralement, les grands groupes disposent de programs internationaux d’assurance. Leurs filiales locales sont couvertes par des assureurs occidentaux implantés sur place ou carrément par des acteurs locaux. Cependant, dans tous les cas, les risques de guerre sont exclus des assurances-dommages couvrant les entreprises. Ce qui pose aujourd’hui problème pour celles présentes en Ukraine et dont les sinistres liés au conflit (dans une usine ou autre bâtiment) ne seront pas indemnisés par les assureurs.

Cependant, certains groupes, prudents, auront peut-être souscrit avant le début du conflit une garantie spécifique, appelée «violences politiques et terrorisme», couvrant le risque de guerre. «Il est difficile de savoir combien l’ont fait, même si les risques encourus par l’Ukraine avaient été identifiésavance Denis Bicheron, directeur…

Cet article est réserve aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Deja abonné ? Connectez-vous

.

Leave a Comment