La 92e Foire de Brignoles met la cuisine provençale à l’honneur

Diffusée sur les écrans géants placés à l’extérieur, la tambouille de Paulette et Simone met l’eau à la bouche. De l’ail bien émincé se mélange aux anchois dessalés dans un bain d’huile d’olive: plus provençal, ça n’existe pas. C’est justement cette cuisine “de pauvre, familiale et à la portée de tous” que cherchent à valoriser les deux copines retraitées, adhérente des “Amis de la cuisine provençale”, association de La Roquebrussanne.

Le tout sous l’œil avisé de Sarah Quaranta, connue sous le pseudonyme de “Sarahtatouille” sur YouTube, qui revient pour la deuxième année animer le stand cuisine de la Foire de Brignoles.

Et ça marche: les curieux s’arrêtent autour des fourneaux, sentent le parfum de la bagna-caouda qui mijote.

“C’est une sorte d’anchoïade, mais chaude”, precise Paulette. En très peu de temps, c’est prêt: des légumes découpés sont plongés dans la soupe et dégustés avec plaisir.

“Ce que j’aime, c’est le partage, l’échange”

Une formule qui se décline quatre fois par jour. “Deux fois le matin et deux fois l’après-midi, je fais une petite recette, explique l’influenceuse cuisine. En me servant à chaque fois des produits présentés sur les stands de la Foire. Du coup, ça donne envie à ceux qui goûtent d’aller les voir.” Malin.

Mais pas évident: “J’avais quelques idées pour les premiers jours, mais, la, je pars un peu sur une page blanche chaque jour.”

Pas effrayée pour autant, Sarah sait que l’inspiration ne manquera pas grâce aux nombreux produits présentés à côté. “J’ai vu les artichauts, je pense proposer une barigoule à ma façon. Mais aussi, peut-être du poulet au miel local, ou du risotto avec le safran que j’ai vu par là.” Sans oublier les fromages de chèvre, qui pourraient bien se marier avec les asperges…

Des idées, nombreuses, mais aussi un coup de pouce, parfois. Car comme le font Paulette et Simone, ce dimanche matin, des intervenants vont défiler derrière les casseroles, toute la semaine. Une manière pour la cuisinière de traduire son amour d’une cuisine faite de partage. “Ce que j’aime dans cette activité, c’est le partage, l’échange. Je ne serai jamais enfermée dans une cuisine. Là, je me régale.”

Et elle n’est pas la seule!

Les chefs amateurs au top pour le concours du dimanche

Trois, deux, un: top départ! Ce dimanche, au milieu de l’après-midi, six concurrents se sont affrontés derrière les fourneaux, pour un concours anthologique fait de drames, de retournements de situation, et même d’un peu de sang… recettes ont donc tenté de séduire des juges impartiaux, malgré leurs sourires de façade.

Rassurez-vous : même si effectivement les cuisiniers amateurs ont tout donné, c’est avant tout dans la bonne humeur, le partage et l’envie de s’amuser. David, Souheyla, Chloé, Harry, Danièle, Nathalie et Bernadette ont proposé des plats”très variés” sous l’œil de Sarah Quaranta et des autres membres du jury.

Dès le départ, tout le monde s’est jeté sur les ingrédients mis à disposition. Des produits souvent issus des stands voisins. Le thème: deux bouchées apéritives. Le temps: une heure. Le public: agité.

Du côté de Bernadette, on part sur un guacamole à la truite. Manque de chance, les avocats manquent de maturité, et, scandale, pas de piment!

Nathalie, de son côté, tente le caviar d’artichaut. Le légume résiste aux assauts du couteau, et la lame dévie vers la chair de la cuisinière!

À côté, Chloé part sur un improbable – mais savoureux – tiramisu salé, tandis que David impressionne de maîtrise dans l’improvisation.

Tic, tac, l’horloge tourne, chacun se donne à fond, pour au final, un résultat souvent à la hauteur des espérances. Le podium dans l’ordre : David, Chloé, Souheyla.

Les lauréats repartent avec leur prix (des ustensiles de Martel CHR ou un panier garni offered par la Ville), mais surtout avec des souvenirs… salés.

La Provence à l’honneur

Après avoir mis dans une casserole 25 grammes de beurre, 100 gr. d’huile d’olive, une ou deux gousses d’ail bien émincé, ainsi qu’un verre d’anchois dessalés, dépouillés des arêtes et coupés en files, il faut tout faire chauffer.

À petit feu. Attention, il faut que l’ail reste blanc, tandis que les anchois fondent. Résultat: la bagna-caouda, sorte d’anchoïade chaude, qui se déguste à l’apéritif avec des légumes crus.

Voilà la recette proposée par Paulette et Simone, sur l’atelier du dimanche matin. Ce ne sera d’ailleurs pas le seul met provençal qui sera concocté cette semaine.

“On nous a proposé de participer, mais nous ne voulions pas faire de concurrence à de vrais cuisiniers. Nous sommes une association, notre idée, c’est le partage de ces recettes provençales, la transmission. Et finalement, le projet correspond bien. “

Alors les Amis de la cuisine provençale, basés à la Roquebrussanne, répondent favorablement à l’appel.

Et font découvrir ces recettes qu’il faut sauver de l’oubli. “Nous proposons aussi des ateliers parents-enfants”note les dames.

Y a plus qu’à.


Renseignement sur la page Facebook de l’association ” Les Amis de la Cuisine Provençale”

Leave a Comment