Hépatite d’origine inconnue : on en sait plus sur la nature de la maladie, affirme l’OMS

l’essentiel
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) an annoncé ce mardi 11 mai avoir identifié 348 cas probables de cette hépatite d’origine inconnue, pour laquelle elle privilégie l’hypothèse d’un adénovirus généralement associ- entéralement.

La nature de l’hépatite d’origine inconnue qui a provoqué 348 cas probables et identifiés dans le monde ces dernières semaines, principalement chez des enfants, pourrait avoir été identifiée, selon ce qules de déindniiqueès. Lors d’une conférence de presse menée dans le cadre de son program mondial sur l’hépatite, elle a laissé entendre que l’hypothèse privilégiée menait à un adénovirus, une catégorie de virus comiv connue pour provoquer desjôte sympt de spirit de symiv ou encore des troubles digestifs.

A lire aussi :
Hépatites d’origine inconnue : un “impact potentiellement grave”, l’agence européenne des maladies se dit préoccupée

“Des progrès important onté réalisés en ce qui concerne les investigations complémentaires et l’affinement des hypothèses de travail”, ainsi déclaré Philippa Easterbrook, du program mondial de l’OMS sur l’hépatite. “À l’heure actuelle, les principales hypothèses restent cells qui impliquent l’adénovirus, en prenant égallement en considération de façon importante le rôle du Covid-19, soit en tant que co-infection, soit en tant qu’infection antérieure”, at-elle ajouté.

70% des cas positifs à l’adénovirus

Des tests effectués la semaine dernière ont confirmé qu’environ 70% des cas identifiés étaient positifs à l’adénovirus et son sous-type 41, normalement associé à la gastro-entérite. Les tests ont égallement montré qu’environ 18% des malades étaient positifs au Covid-19. “La semaine prochaine, nous nous concentrerons sur les tests sérologiques pour les expositions et les infections antérieures au Covid”, précise Philippa Easterbrook.

Après la découverte des 169 premiers cas, l’OMS an indiqué que les virus des hépatites A, B, C, D et E n’onté détectés chez aucun des malades. La plupart d’entre eux ont présenté des symptômes gastro-intestinaux, notamment des douleurs abdominales, des diarrhées et des vomissements, ou encore une jaunisse. Certains cas ont provoqué une insuffisance hépatique et ont nécessité une transplantation.

Leave a Comment