Google Meet multiplie les innovations pour challenger Teams et Zoom


L’application de visioconférence est intégrée au cœur de Google Docs, Google Sheets et Google Slide. Résultat : la collaboration autour des documents prend une nouvelle dimension.

Fin mars, Google annonçait son intention d’intégrer Google Meet à ses applications d’édition de documents Google Docs, Google Sheets et Google Slide. C’est désormais chose faite. Une icône en form de caméra apparaît dans la barre de tâches des trois applications. Elle permet de lancer directement dans ces outils une visioconférence meet, qu’elle soit inscrite or non dans Google Agenda, et d’inviter des participants in la rejoindre. Chacun ayant la possibilité de collaborer autour du document ouvert, de la coéditer à plusieurs…

“C’est une functionnalité que Zoom or Microsoft Teams ne proposent pas”, precise Bastien Le Lann, director associé au sein du cabinet Lecco. Et Thomas Poinsot, consultant AMAO chez Spectrum Group, d’ajouter : “Cette évolution rejoint un mouvement plus profond en faveur d’une gestion toujours plus temps réel des contenus.” Après la gestion des commentaires dans les textes, le traitement de tâches autour du fichier ou encore la possibilité de chatter autour d’un document partage sur le modèle de Microsoft Teams, Google Meet propose insi une toute nouvelle expérience de la collaboration en live.

Google reprend le lead

Les deux consultants s’accordent sur un point: en intégrant la visioconférence au document, Google reprend une place d’innovateur sur le marché. Position qu’il a eu tendance à perdre ces dernières années. “Le cas d’usage est excellent. On commencement with collaborer en asynchrone sur un fichier. Mais il ya forcément un moment où on a besoin de se réunir, soit pour trancher, soit pour se mettre d’accord sur une partie”, détaille Bastien Le Lann. “Ici, Google se concentre sur son cœur de métier historique dans Workspace: la gestion et la production de documents synchrone à plusieurs. C’est un marqueur de positionnement.”

“L’application introduit le partage de sondages et de questions-réponses, des éléments historiquement du ressort des spécialistes du management visuel”

Google cible évidemment les entreprises ayant atteint un bon degré de maturité sur le front de la collaboration en mode cloud. “Le groupe vise les équipes qui se sont affranchies des contraintes historiques du fichier stocké en local, avec ses multiples versions, et qui acceptent de travailler à plusieurs sur un même document partagé en mode SaaS”, développe Bastien Le Lann. Bref des acteurs qui sont sortis de la logique d’Office 365.

Autre virage stratégique, l’entreprise de Mountain View entend positionner plus que jamais Google Meet comme une solution de communication, tant interne qu’externe. L’application prend désormais en charge jusqu’à 500 participants actifs par meeting. “Elle introduit égallement le partage de sondages et de questions-réponses, des dimensions historiquement du ressort des spécialistes du management visuel”, ajoute Thomas Poinsot chez Spectrum Group. Au sein d’un grand groupe, Google Meet permettra par ailleurs de diffuser une vidéo en direct sur plus de 100 000 domaines Google Workspace, par exemple le message annuel du président. Mieux encore, Google compte donner la possibilité d’ici quelques mois de streamer les flux vidéo Google Meet sur Youtube.

Le Californien n’oublie pas l’intégration de Google Meet au reste de la suite Google Workspace. Sur ce point, Google introduit un mode multitâche baptisé picture-in-picture. Il permet de naviguer d’un onlet Chrome à l’autre, pour travailler sur plusieurs applications Workspace par exemple, tout en ayant une réunion Google Meet en cours apparaissant dans une mini-fenêtre flottante (voir ci-dessous). “C’est un mécanisme qui peut sembler anecdotique, mais qui n’existe pas sur Edge et qui contribue à rendre l’expérience de travail très fluide”, argue-t-on chez Lecko.

En matière de sécurité, Google Meet introduit la possibilité de chiffrer les visioconférences sur les terminaux des utilisateurs. Quant au cryptage des communications Meet de bout-en-bout, Google prévoit son lancement d’ici la fin de l’année. C’est un domaine où il rattrapera son retard, Microsoft Teams et Zoom proposant déjà tous deux cette fonctionnalité. “C’est un argument de vente central pour les entreprises dans les phases de décision, notamment face à Microsoft qui affiche une énorme avance en matière de protection et de sécurité des informations”, argue Bastien Le Lann. Il était impensable pour Google de laisser ce terrain de côté.

L’IA pour optimiser la qualité vidéo

Dernier chapitre en date : lors de la conférence Google I/O ce 12 mars, Google a annoncé plusieurs améliorations à venir cette année pour améliorer l’expérience vidéo et audio de Meet. L’application va notamment intégrer une fonction de “Restauration de portrait”. Un dispositif que ne propose pas Zoom ni Teams. Objectif : corriger les flux vidéo de mauvaise qualité, souffrant d’une faible luminosité, d’une mauvaise connectivité ou d’une webcam peu performante. Le traitement, à base d’IA, sera géré dans le cloud pour éviter de cannibaliser les ressources du terminal. La lumière pourra par ailleurs être personnalisée pour simuler un rendu studio. De même pour les sons. Une fonction de dé-réverbération sera introduite pour filtrer les éventuels échos.

Enfin, Google annonce le lancement de la transcription automatique des meetings pour cette année, et la sortie d’une fonction de résumé des réunions pour l’année prochaine, non présente, elle, chez Zoom et Teams. Deux nouveautés basées là-encore sur le machine learning.

Leave a Comment