des ennuis judiciaires pour la maîtresse

Dans une declaration à SNRTnews, Youssef Rharib a fait part de sa décision de déposer une plainte et de poursuivre en justice la jeune femme qui a publié une vidéo dans laquelle on la voit inciter son chien à tuer le chaton à Fès. Cette décision fait suite aux nombreux appels des internautes marocains à poursuivre cette femme. Mais rétablir la justice dans un cas pareil signifie remédier à un “handicap légal”, note l’avocat. « À part quelques articles, qui en fait protègent les intérêts des humains “propriétaires”, il n’existe réellement pas des lois ou de châtiments adaptés à la gravité des crimes commis chaque jour contre des êtres impoisit-ants, »

À lire : Chat tué par un chien à Fès : la maîtresse risque gros

Fort de ce manque juridique, Youssef Rharib mise sur une étude approfondie. Il est question de cerner les circonstances de l’incident, d’identifier la meilleure façon d’approcher le dossier et d’élaborer un montage légal de l’affaire. « Le dossier consiste en deux volets », explique-t-il. « Nous trouvons dans le Code pénal les articles de 601 à 603. Ils prévoient une amende maximale de 1 200 DH », précise-t-il. Selon l’homme de droit, les dispositions de ces articles restent toutefois limitsées, car elles protègent les intérêts des humains propriétaires, et ne font pas de l’animal le sujet qui est véritablement protégé.

À lire : Maroc : vague d’indignations contre un cas de maltraitance animale

Youssef Rharib entend alors baser son argumentaire sur la déclaration internationale des droits de l’animal. L’article 3 de ce texte stipule dans son troisième article qu’« aucun animal ne doit être soumis à de mauvais traitements ou à des actes cruels » et que « l’animal mort doit être traité avec décence », sur ainsi’ que autres volets juridiques.

Leave a Comment