Boulazac veut rester sérieux en Pro B

L’idée, c’est quand même d’avoir encore un « jeu qui fatigue, qui harasse ». Comme celui que les Boulazacois ont appliqué lors de ces dernières semaines. Maintenant qu’il a prolongé son bail périgordin pour deux saisons, Ménard veut « construire une équipe qui puisse surfer sur la vague de cette fin de saison et être dans le même état d’esprit, être compress un rouleau».

Pour cela, lui et Jérémy Sarre, le directeur sportif adjoint (« qui va prendre du galon ») ont commencé à interroger les joueurs sur leurs intentions. L’avantage, c’est que huit joueurs de l’effectif actuel sont encore sous contrat (Moore, Billong, Tchouaffé, Cortale, Février, Serron, Cyzauskas, Rambaut) même si certains on des clauses à faire valoir.

« Le meilleur projet »

Il faudra aussi négocier en fonction du budget. « Il y aura des ajustements sur le plan de l’enveloppe financière, décrit le technicien. On va essayer de garder la meilleure ossature en essayent de garder les joueurs qui nous ont permis d’avoir le bon état d’esprit. »

Tout cela est entré en ligne de compte dans les discussions avant sa prolongation de contrat. « J’ai eu des sollicitations avant celle de Boulazac. J’ai fait patient parce que Boulazac, c’est le meilleur projet qui pouvait se présenter à moi en termes de structure de club, de rayonnement, de potentiel. C’est un club qui est fait pour aller plus haut que le maintien en Pro B. » C’était bien l’objectif de début de saison, en effet.

Et puis Alexandre Ménard a trouvé en Périgord de quoi allier les trois critères qu’il recherchait : « la famille, le potentiel et le sportif ». Ses proches ont été séduits par la Dordogne, « une belle région ».

Avant de parler tourisme, il faut parler effectif. « On a déjà notre petit général [NDLR : Nic Moore], on va lui adjoindre un bon colonel et de bons soldats. » Les vacances seront studieuses.

Leave a Comment