Boulazac avait hâte d’en finir

Pourtant, les Tourangeaux ont gagné leur dernier match (87-66 contre Blois), mais ils devaient compter sur une défaite liloise pour se sauver. C’est dire si Boulazac avait un rôle d’arbitre dans la course pour le maintien. Mais le BBD ne l’a joué qu’à mi-temps en ne se presentant pas au palais Saint-Sauveur en touristes. En revanche, les vingt dernières minutes ont plutôt ressemblé à une bouillie de basket. Les vacances approchent et le BBD a eu du mal à rester complètement mobilisé.

Quand on se souvient par où ils sont passés cette saison, il sera difficile de le reprocher tout à fait aux Boulazacois. Mais, après cinq matches de qualité, il y avait certainement mieux à laisser comme dernière image que ce non-match.

Approximations

Pourtant, le cinq qui commençait était plus qu’honorable avec Nic Moore, Vytenis Cyzauskas, Bathiste Tchouaffé, Ivan Février et Nana Foulland. Mais d’entrée, les Nordistes signaient un 16-7 (5e) pour se mettre sur les bons rails.

Et puis, comme Alexandre Ménard l’avait promis avant la rencontre, le BBD a commencé à défendre. Fort. Au point de revenir à 23-22 (10e) et de se donner du rythme pour attaquer. Jules Rambaut et Paul Billong en profitaient, eux qui finissent très fort la saison. Dans le même temps, les Lillois se crispaient, les bras tremblaient, d’autant plus que Tours menait dans le même temps.

Jamar Wilson, enfin rétabli, gagnait quelques minutes, pas transcendantes (c’est Quentin Serron qui est resté en civil) et le BBD passait devant, malgré des approximations.

Tout ça, c’était avant un passage aux vestiaires bénéfique aux Nordistes, beaucoup moins à des Périgourdins qui commençaient à apercevoir la quille. Dans un troisième quart-temps aussi faible d’un côté que de l’autre, les Lillois prenaient un peu de l’avance nécessaire pour assurer leur maintien, et ce, grâce aux lancers francs et au wagon de ballescodus 55 47, 28e).

Lille sans briller

Contre toute attente, c’est un panier primé au buzzer du meneur américano-finlandais qui rapproche le BBD (55-52, 30e). Le problème, c’est qu’il n’y a pas eu beaucoup de Boulazacois pour tirer leur épingle du jeu. Et comme les Nordistes n’étaient guère meilleurs, ce match ressemblait à une contre-publicité parfaite pour la Pro B.

Leave a Comment