Betclic Elite : l’avenir du basket à Boulogne en danger

Officiellement tout va bien ! Mardi, les Metropolitans 92, surnom des joueurs de Boulogne-Levallois, accueilleront leur voisin du Paris Basketball pour la dernière journée de la phase régulière de BetClic Élite. Un duel avec un fort enjeu. Si les Parisiens luttent pour leur maintien, les Mets, eux, peuvent décrocher la première place du championnat. Un classement historique pour le club qui donnerait l’avantage du terrain jusqu’à la finale des playoffs pour Vincent Collet (qui pourrait décrocher un nouveau trophée de meilleur coach de la saison mercredi soir) et ses joueurs.

Deux municipalités, une impasse?

Mais en coulisses la situation est nettement moins réjouissante. Voire inquiétante. Trois ans après s’être unis pour le meilleur, Boulogne et Levallois n’ont jamais été aussi proches du divorce. Selon nos informations, la ville de Boulogne souhaitrait se désengager rapidement du projet sportif. Dès cette saison, au plus tard en 2023.

Après avoir tenté de racheter les 5% du capital de la société détenus par le Levallois Sporting Club (LSC), elle aurait désormais l’intention de céder ses 95%. Plusieurs repreneurs potentiels auraient été sondés. Prioritaire en cas de vente, le LSC aurait de son côté reçu une lettre lui proposant de racheter les parts restantes – pour 980 000 euros – il ya moins de trois semaines.

Un nouvel episode dans ce feuilleton aux multiples episodes. En conflit ouvert depuis des mois, les dirigeants de Levallois et de Boulogne ne s’adressent plus la parole. En début d’année, Pierre-Christophe Baguet, le maire de Boulogne, avait annoncé son intention de voir les Mets quitter le palais des sports Marcel-Cerdan de Levallois pour jouer machine dans celui d’Issy… avant de faire. Des tergiversations qui ont provoqué l’ire d’Agnès Pottier-Dumas, maire de Levallois. Les relations entre les deux villes seraient depuis inextantes.

La future Arena, nœud du problème

Le retard du projet de construction d’un palais des sports à Boulogne dans les prochaines années aurait motivé cette volonté de désengagement. « Le projet est estimé au minimum à 72 millions d’euros, rappelle Judith Shan, présidente du groupe écologiste et solidaire au conseil municipal de Boulogne. Pour construire cette salle il faut modifier le PLU (plan local d’urbanisme). Les derniers recours n’ont toujours pas été tranchés. Avoir une salle à ce prix-là est déraisonnable. »

Sous la menace de se retrouver sans domicile fixe au printemps 2023 – date de fin de la convention entre les deux villes pour la location du palais de sports de Levallois -, les dirigeants boulonnais auraient donc décidé de jeter l’éponge.

Mais à Levallois le retour d’un club de basket en BetClic ne serait pas la priorité de la maire. Le volley féminin, qui vient d’accéder pour la première fois de son histoire en Ligue A, aurait ses faveurs. D’autant plus que le LSC possède déjà une équipe de basket qui vient de grimper en N2 (la 4e division).

Leave a Comment