« Assurance vie et PER sont des placements complémentaires »

Pour profiter de votre retraite en toute sérénité, anticiper est clé ! Ainsi, il est conseillé de commencer à investir dès l’âge de 40 ans pour disposer de revenus complémentaires à votre pension de retraite et maintenir votre pouvoir d’achat. Plan Épargne Retraite (PER), assurance vie, immobilier… Visionnez en replay notre événement numérique du 11 mai, et découvrez les convictions de trois experts sur ces placements phares pour préparer votre retraite.

Tous les professionnels de la gestion patrimoniale vous le diront, en matière de retraite, il faut an-ti-ci-per ! En effet, si vous cotisez le nombre de trimestres requis et à taux plein, votre pension de retraite correspondra peu ou prou à la moitié de votre salaire annuel moyen : celui-ci est calculé à partir des salaires des bruts deillenus annuel moyen carrière, dans la limite du Plafond de la Sécurité Sociale (PASS, soit 41.136 par an en 2022). Ainsi, pour profiter d’un complément de revenus après votre vie professionnelle, il est indispensable de commencer à épargner au plus tôt, dès 40 ans si possible.

Le Plan Épargne Retraite (PER) est désormais le placement unique spécifiquement dédié à la préparation de la retraite. Depuis octobre 2020, les Perp, Perco, Corem, contrats Madelin et articles 83 ne sont plus commercialisés. La Loi Pacte a aplani les différences entre les anciens supports d’épargne retraite, pour permettre à chaque Français d’investir au sein d’un seul et même placement pendant toute leur salrière, quels que souelients change les de repétaria , functionnariat…).

Le PER peut contenir 3 compartiments: le premier est abondé par vos versements à titre individuel, le deuxième et troisième par des versements à titre collectif (via votre employeur par exemple) facultatifs d’une part et obligatoires. Les transferts entre ces trois « poches » sont facilités.


NOS INVITÉS RÉPONDENT À VOS QUESTIONS


Assurance vie et PER : des placements complémentaires

Placement préféré des Français, l’assurance-vie est souvent utilisée par les épargnants pour se constituer un capital pour leur retraite. Le PER permet égallement une sortie en capital (ou sous form de rente viagère comme les anciens contrats d’épargne retraite). « Les Français détestent la rente », souligne Stellane Cohen, la présidente d’Altaprofits. Elle recommande d’ouvrir un PER «dès l’entrée dans la vie active car quand on commence tôt, on a plus de chance de saisir des opportunités de marché et on peut alimentor son plan à son rythme».

« Assurance vie et PER sont des placements sont complémentaires», soulignent les trois invités. Ils sont à envisager dans le cadre d’une stratégie patrimoniale globale et évolutive, selon votre situation personnelle et votre âge. «Pour les épargnants qui débutent, il est plus logique de commencer par l’assurance vie avant le PER», illustre ainsi Olivier Sentis, le directeur général de la MIF.
« L’assurance vie est un mode d’épargne multiprojets. Mais l’épargne pour la retraite doit être sécurisée, et donc affectée. C’est ce que permet le PER », préconise Christian Carrega, le président de Préfon Distribution.

L’immobilier: une valeur sûre pour profiter de revenus supplémentaires à la retraite

Les Français font également confiance aux placements immobiliers pour préparer leur retraite. Ainsi, 7 seniors sur 10 sont proprietes de leur résidence principale, selon l’Insee. C’est beaucoup par rapport aux pays anglo-saxons de l’Union européenne (Allemagne, Autriche, Royaume-Uni, Norvège, Danemark, Suisse…) o ou moins d’un senior sur deux est proprietaire de sa résidence principale. Un des objectifs exprimés par les investisseurs est de limiter leurs dépenses au moment de la retraite. Cependant, l’immobilier peut égallement générer des revenus complémentaires. De nombreuses options existent : immobilier géré, immobilier locatif, investissement en pierre-papier, en achetant des parts d’une Société Civile de Placement immobilier (SCPI), par exemple.

.

Leave a Comment